Sélectionner une page
< Retour à la liste

A-RONNE

HYOID voices

A-RONNE

Note d’intention de Joris Lacoste:

Luciano Berio a précisément défini le genre qu’il appelle « théâtre d’oreille” : un type de spectacle dont la théâtralité est proprement interne à l’expression vocale : c’est dans les mouvements de la parole chantée, dans la tension entre l’articulation vocale et le sens, dans le jeu des registres les plus hétérogènes, dans les rapports d’harmonie et d’accompagnement, que se situe tout le “théâtre”. Il n’y a pas de personnages à proprement parler, encore moins d’intrigue ou d’argument. Les phrases elles-mêmes, les paroles, les voix, sont les vrais personnages de la pièce. Le langage lui-même (les langues) est toute la narration, de A à Z (Z =“Ronne”). C’est un théâtre mental. La toute première version d’A-Ronne était de fait une pièce radiophonique. Dès lors, quel intérêt d’en faire un spectacle plutôt qu’un concert ? Qu’est-ce que la mise en scène des 8 chanteurs et chanteuses peut apporter à cette pièce emblématique ?

Je travaille depuis longtemps sur ma propre idée de “théâtre d’oreille” : que ce soit dans la pièce d’hypnose Le vrai spectacle (qui proposait littéralement au spectateur de rêver son propre spectacle) ou dans la récente série des quatre Suites de l’Encyclopédie de la parole, ma démarche a toujours consisté à explorer et à exposer les relations entre la parole dans toute sa matérialité et les représentations mentales multiples qu’elle suscite chez les spectateurs.

Dans A-Ronne, ce qui fera toute la différence entre un concert et un spectacle, ce n’est pas des couches de représentation ou de figuration que je voudrais rajouter en plus dans l’idée de combler des manques. Il s’agit au contraire d’ôter tout ce qui peut faire obstacle, tout l’apparatus du concert : la disposition statique des chanteurs, les micros sur pieds, les pupitres, la lecture. En mettant les interprètes en mouvement au centre du public, en créant une lumière de qualité mentale, en travaillant sur les positions et rapports dans l’espace, sur une gestualité intrinsèque à l’expression vocale, sur des adresses concrètes et directes, je crois qu’on peut à la fois rendre justice au « théâtre d’oreille » de Berio tout en inventant un nouveau type (intimiste, onirique, infra-spectaculaire) d’opéra.

Infos

Repertoire

Moderne, XXème

Repertoire secondaire

Création contemporaine

Genre

Vocal, Avec électronique, Pluridisciplinaire

Nombre d'artiste sur scène

9

Caractéristiques

Mise en scène, en espace, Danse

Pluridisciplines

Théâtre, Danse

Décors

Non

Extraits

Dates de concerts

Création: 03/06/2023; dates suivantes TBC à partir de l'été 2023.

Commentaires

IMPORTANT: cette performance mise en scène (donc sans partitions) pourra être donnée deux fois dans la même journée. Pour faire référence à l'origine d'A-RONNE dans une version actualisée, cette performance sera donnée sous casque, dans un espace couvert et dégagé type parking, halle, lieu industriel (à discuter avec les programmateur.rice.s. La pièce de Berio sera encadrée par des compositions de Sébastien Roux conçues comme prologue et épilogue, inspirés là-aussi par l'origine radiophonique de la pièce. Création: le 3 juin 2022 à Chinastraat (De Bijloke hors les murs - Gand). Partenariats confirmés: La Muse en Circuit (IdF), Centre Henri Pousseur (Liège, BE), De Bijloke (Gand, BE), C-TAKT (Pelt, BE), MUSICA (Strasbourg), la Soufflerie (Rezé), la MAC (Créteil); en cours de discussion avec DeSingel (Anvers, BE), November Music (Den Bosch, NL), le Théâtre de l'Archipel (Perpignan), le Festival d'Automne à Paris et la Philharmonie de Paris.