< Retour à la liste

Philtre d’amour, drame lyrique en un entracte

Ensemble Virévolte

Philtre d'amour, drame lyrique en un entracte

Note d’intention:

Dans Wagner il y a souvent des cuivres, et souvent en grand nombre : quand on a chanté un acte de Tristan et Isolde on sort chancelant, on s’affale, et on récupère. On a bu sa potion sur scène, pensant se donner la mort, or c’était un philtre magique, notre souffrance est devenue un amour de légende, puis rideau, on se masse les orteils et on se fait un thé.

Mais la fréquentation de l’absolu, ça ébranle – et nos deux rôles-titres vont ouvrir l’un à l’autre leurs cœurs incomplets.
Jérémie trouve qu’on ne rencontre plus personne – ou peut-être qu’il n’y a personne à rencontrer nulle part. Aurore va lui prouver que si. En musique.

Dans « Philtre d’amour, drame lyrique en un entracte », vous n’entendrez pas les trompettes wagnériennes, mais le seul mariage délicat du violoncelle et de la voix.
Leurs timbres s’unissent en toute liberté, en toute nudité insouciante, dans un galop à travers 300 ans de musique. De Lully aux Rita Mitsouko, les amours malheureux, qui en plus finissent mal, nous submergent – mais nous inspirent, nous consolent, nous font rire et nous ravissent.

Genèse:

En janvier 2019, l’ensemble Virévolte crée, à l’invitation du Musée d’Art Moderne et Contemporain de Strasbourg, un programme musical en duo autour de l’exposition de Joanna Vasconcelos « I want to break free». De Madonna à Wagner, de Prince à Boris Vian, de Bernstien à Poulenc, le violoncelle et la voix résonnent avec les oeuvres exposées, sautent du coq à l’âne et transgressent les frontières entre les genres, fidèles aux habitudes de l’ensemble. Puis en février, Virévolte est invité par le Festival d’Ambronay pour la Saint Valent’Ain, avec la demande expresse de parler d’amour bien sûr. Forts du succès de leurs concerts en duo et de leur nouveau répertoire, Aurore Bucher et Jérémie Arcache décident de reprendre le programme du MAMCS et d’intercaler entre chaque morceaux des petites annonces, trouvées ou inventées, comme pour donner une voix contemporaine aux personnages des airs d’opéra et des chansons: Imaginons que Marguerite, celle de Gounod, celle de l’air des bijoux, réponde aux petites annonces parues dans le journal local. Imaginons qu’elle en écrive à son tour, et que l’objet de sa recherche ne soit pas exactement conforme à l’idée qu’on se fait d’une jeune fille du XIXe siècle: «Orpheline santé excellente, douce, aimable, bon caractère, vaillante, économe, honnête, manières simples et modestes cherche à tenter le diable. » Imaginons maintenant un buisinessman dépressif, lui répondant: « Cadre dynamique, aimant l’argent, le confort et la bonne musique cherche n’importe qui pour évoquer regret ». Le jeu est lancé, l’humour au rendez-vous, et le public tenu en haleine à l’idée de savoir qui se cache derrière cette autre annonce «Blonde, fort tempérament et très forte poitrine, aimant l’équitation et les sports de combat cherche à céder virginité» signée walkyrie6756. Jérémie Arcache se saisit alors de l’air de Don Giovanni de Mozart, accompagné au carillon enfantin par Aurore Bucher: décalage garanti, rencontre explosive imminente.
Suite à une première série de 20 concerts où Aurore Bucher et Jérémie Arcache délivrent au public les meilleurs conseils pour dénicher l’âme fatale, ils se prennent au jeu. Encouragés par le succès du procédé, ils font appel au comédien et metteur en scène Vladislav Galard pour créer un véritable spectacle musical. Après plusieurs séances d’écriture et de répétition, une situation s’impose: les deux artistes sortent de scène et se retrouvent dans leur loge le temps de l’entracte. De fil en aiguille s’impose également le spectacle dont ils sortent: Tristan und Isolde de Richard Wagner. Le décalage entre la grande histoire d’amour légendaire et les petites annonces lapidaires produit du sens. De la même façon, la fragilité assumée des arrangements en duo vient contraster avec la puissance orchestrale de Wagner. On entre encore mieux dans le jeu.
Prévue pour mai 2020, la création de « Philtre d’amour, drame lyrique en un entracte » sur la Péniche Adelaïde à Paris est annulée suite à la crise du Covid, mais la période a pourtant été fructueuse puisque la costumière Elisabeth de Sauverzac, motivée par le projet, confectionne gratuitement une robe médiévale pour Aurore/Isolde, la Compagnie les Brigands met à disposition son stock de costumes dont une armure intégrale pour Jérémie/Tristan, et l’Arcal prête ses locaux et ce qui servira de costumes pour l’acte 2: un renard et un sanglier, futures proie du Roi Marke pour la fameuse scène de la chasse qui réunit les amants en secret. La construction du décor est simple (une table séparée par un faux miroir et les lampes de loge, deux chaises), le dispositif sonore également, et le spectacle est prêt pour une tournée tout terrain, pour petite jauge, dans tout type de lieu. Seule la création lumière reste à faire pour le création officielle, le 11 février 2021 à Geispolsheim.
Malgré les circonstances, nous comptons sur une très large diffusion, compte tenu de la forme légère, économique et néanmoins lyrique du projet.

Pistes de recherches:
A deux seulement, puisque c’est à deux qu’on patine à s’aimer, Aurore Bucher et Jérémie Arcache, dans la nudité d’une voix et d’un violoncelle mêlés, proposent un florilège de profils amoureux. Il est question, le temps d’un spectacle, de faire ensemble la photographie très personnelle d’une époque traversée par le flux invisible et continuellement en mouvement des données qui nous entourent et qui nous tracent, et pourtant toujours hantée par le spectre de l’amour éternel, unique, romantique et… fatal. Derrière la légèreté du propos et tout gardant l’humour comme seul salut, nous tentons d’explorer la solitudes des âmes, les ratages, nos échecs et aussi nos espoirs toujours chevillés au corps. La recherche de l’âme sœur est la matière drôle, la matière tendre, dont s’empare le duo. C’est ainsi qu’au fil des amours impossibles, Aurore et Jérémie vont pudiquement sonder leurs propres sentiments: Pourront-ils déclarer leur flamme tout en préservant leur liberté? Comment ne pas jouer à cache-cache avec l’autre et soi-même quand il faut faire face au supermarché de la séduction et aux sites de rencontre omniprésents, nouveaux philtres d’amour virtuels?
A l’heure de l’hyper-connexion, le langage amoureux et les modalités d’interaction avec notre part manquante évoluent. La petite annonce est la bouteille à la mer contemporaine, contenant ou non le philtre fatidique. Elle fera parvenir son message, au gré des flots et des vagues, vers une adresse IP qui sera peut-être encline à satisfaire notre quête ! A moins que les cieux s’en mêlent et que tout s’emmêle, la légende et la réalité, la scène et la vraie vie, l’artiste en quête d’absolu et l’être humain en quête de compagnie.
C’est la superposition de ces deux dimensions, l’orchestre wagnérien d’un côté et la nudité fragile du duo de l’autre, l’histoire d’amour unique et sacrée contre la déferlante de sites de rencontres qui nous intéresse et donne sa dynamique au spectacle. A l’arrière de la scène, au revers de la médaille, Tristan fume sa cigarette, Yseult remet ses baskets, et pourtant ils ont encore un peu de ces héros en eux, obsédés par l’idée d’être à la hauteur. Le choix de la loge d’opéra le temps d’un entracte nous place entre deux mondes: la scène et le réel, et entre deux temporalités: celle du spectacle et celle de la vraie vie. Coincés là, les deux protagonistes infiltrent l’histoire des sentiments amoureux en occident. Ils convoquent, singent et exorcisent les démons des idées reçues et des conventions genrées, des idéaux moraux et des fantasmes sexuels et romantiques. Infaillible, leur humour ne les quitte pas dans cette quête de l’autre et de soi-même. Entre crainte et espoir, ils provoquent la rencontre.
Distribution:

Texte: Vladislav Galard, Aurore Bucher
Musiques: Lully, Mozart, Rita Mitsouko, Prince, Bernstein, Fontaine, Debussy, Wagner, Nougaro, Queen, Madonna, Gounod, Kosma…
Arrangements: Jérémie Arcache /Aurore Bucher
Mise en scène: Vladislav Galard
Scénographie/Assistant mise en scène: Bogdan Hatisi
Costumes: Elisabeth de Sauverzac
Chorégraphie: Victor Duclos
Régie lumière: Yvon Joulou

Distribution:
Aurore Bucher : voix, carillon et direction artistique
Jérémie Arcache: violoncelle et voix

Infos

Repertoire

Classique, romantique

Repertoire secondaire

Baroque

Genre

Vocal et instrumental

Nombre d'artiste sur scène

2

Caractéristiques

Mise en scène, en espace

Décors

Oui

Extraits

Extrait video
Extrait audio

Dates de concerts

du 6 au 11 décembre à la SN de Tarbes (tournée en décentralisation)

Commentaires

Ce spectacle est conçu pour être déployé en 1h dans n'importe quel espace intérieur (nécessité du noir) et démonté en 30 minutes. Il est donc idéal pour une tournée en décentralisation.