< Retour à la liste

Le Bel Indifférent

Ensemble Virévolte

Le Bel Indifférent

Genèse du projet :
En 2021 Virévolte se lance dans un projet en tout point inédit : loin des programmes de reprises autour d’une thématique qui ont fait sa marque de fabrique, l’ensemble crée l’adaptation musicale du Bel Indifférent de Jean Cocteau. Cette pièce écrite en 1940 pour Edith Piaf n’a jamais été mise en musique, contrairement à la célèbre Voix Humaine pour laquelle Poulenc a écrit quelques-unes de ses plus belles pages de musique. Si Jean-Marie Machado n’est pas Francis Poulenc, ni Aurore Bucher Denise Duval, le Comité Cocteau a néanmoins été convaincu par leur demande et a accepté, pour la première fois dans l’histoire, que ce texte soit l’objet d’une adaptation musicale.
C’est également pour Virévolte la première commande de création contemporaine passée à un compositeur : Jean-Marie Machado, au croisement des genres musicaux et des esthétiques, du jazz au classique en passant par la musique traditionnelle, de sa Bretagne d’adoption à ses origines marocaines, va composer une partition pour les 5 musiciens de Virévolte : une chanteuse, un clarinettiste, un violoncelliste, un accordéoniste et un percussionniste.
Enfin, Emmanuel Olivier signera là sa première mise en scène. Consulté par Aurore Bucher comme pianiste, coach et grand connaisseur de la langue de Cocteau puisqu’il a participé en tant que directeur musical à la production des Enfants Terribles de Philip Glass à l’Opéra de Bordeaux et au Théâtre de l’Athénée (mise en scène Stéphane Vérité) et en tant que chef d’orchestre à la Voix Humaine de Poulenc donné à l’Atelier Lyrique de Tourcoing (avec Véronique Gens, dans une mise en scène de Christian Schiaretti), Emmanuel Olivier s’est plongé dans la pièce pour en définir les points forts et les axes sur lesquels pourra s’appuyer la composition musicale.
Passionné depuis son plus jeune âge par le travail théâtral, il a réalisé ses premiers cachets d’artiste en tant que comédien à 14 ans au Festival Off d’Avignon. Comme pianiste ou chef d’orchestre dans de nombreuses maisons d’opéra, il a rencontré des personnalités marquantes comme Jean-François Sivadier (pour 3 opéras dont sa toute première mise en scène d’opéra : Madame Butterfly, ou pour Le Misanthrope) ou Jean Bellorini (dans Cenerentola, ou Karamazov). Forts de ces expériences et curieux de nouvelles aventures, il accepte finalement de se lancer dans le projet en tant que metteur en scène.
Il est assisté par Victor Duclos qui signera aussi les passages chorégraphiques. Les musiciens sont en effet, au fur et à mesure de l’avancée du spectacle, impliqués scéniquement. Ils sortent de leur rôle de musiciens au service d’une chanteuse pour devenir imperceptiblement les maîtres d’une cérémonie rituelle et créatrice. Un numéro de danse à 4 a capella est déjà prévu.
Cette création est donc une aventure à bien des égards pour la plupart des artistes en présence, tous riches d’une immense expérience mais désireux de découvrir l’univers de l’autre et d’inventer ensemble un langage commun.
Note d’intention :
À l’intersection du café-concert et de la revue théâtre, notre lecture du Bel Indifférent est résolument ancrée dans une tradition populaire. On traite la pièce comme un spectacle complet dans une succession de numéros allant de la chanson à l’air d’opéra, de la comédie à la romance, de la danse au burlesque. Tout en restant dans un traitement lyrique et acoustique de la voix, notre approche se veut multiple et innovante puisqu’elle se situe à l’intersection des genres musicaux et des esthétiques. La forme que prend ce tour de chant nous permet, on l’espère d’éveiller la curiosité des amateurs d’opéra comme des fans d’écritures plus contemporaines ou empreintes de rythmes ethniques et traditionnels. La forme théâtrale de ce café-concert qui enchaîne les numéros se veut festive et pleine de rebondissements.
Telle une Madame Loyale à la fois voyante et sorcière, l’héroïne de Cocteau, incarnée par la chanteuse, projette donc ses fantasmes sur les murs du music-hall tels les dessins de l’artiste sur les murs de la Villa Santo Sospir. L’accent est mis sur l’énergie de cette femme, qui n’est jamais une victime, sur sa vraie folie et non sur sa souffrance.

Les défis de la composition :
Avec l’adaptation sous forme de tour de chant de cette pièce de Cocteau, dont le sujet, la puissance poétique et l’énergie permettent de toucher tous les publics, nous restons dans une tradition résolument populaire. Avec Jean-Marie Machado, qui puise son inspiration dans la vie et se nourrit aux émotions de l’enfance, nous savons déjà que sa musique aura les qualités à la fois de l’excellence et l’accessibilité. Rien n’arrête Jean-Marie Machado, et surtout pas les conventions ni les frontières esthétiques ! Musicien amoureux du timbre comme du rythme, il trouve dans les effectifs les plus variés des couleurs et une vigueur toujours renouvelées. C’est la raison pour laquelle sa démarche entre en résonance avec celle de Virévolte, qui cherche précisément à brouiller les cartes et à faire de l’itinérance artistique une force. Leur rencontre était donc inévitable.
Le grand défi de cette adaptation qui respecte l’intégralité du texte à la virgule près, est de trouver les modes d’énonciation qui pourront à la fois rendre au texte son naturel et porter en eux la poésie nécessaire au chant. Pour cela, une période d’expérimentation des langages possibles est prévue avec la chanteuse, avec en tête pour nous inspirer, des œuvres aussi variées que celles de Poulenc évidemment et sa Voix humaine légendaire, mais aussi Rebotier ou Aperghis, Michel Legrand ou Lully. Au-delà de l’alternance traditionnelle récitatif/air, nous explorerons le langage parlé, projeté, déclamé, chanté (lyrique ou non, a capella ou accompagné), le sprechgesang, le slam lyrique, le parlé rythmique, seule ou à plusieurs, puisque les instrumentistes pourront entrer aussi dans ce jeu. Nous serons ainsi toujours dans un plaisir de la forme, arrimés fermement à la langue de Cocteau. La joie produite par le fait que ce texte est chanté et mis en musique est notre matière première.

Distribution :
Chant et direction artistique : Aurore Bucher
Violoncelle : Anthony Leroy
Clarinettes : Carjez Gerretsen
Percussions : Ludovic Montet
Accordéon : Pierre Cussac.

Infos

Repertoire

Création contemporaine

Repertoire secondaire

Jazz et Musiques improvisées

Genre

Vocal et instrumental

Nombre d'artiste sur scène

5

Caractéristiques

Mise en scène, en espace

Décors

Oui

Extraits

Extrait video
Extrait audio

Dates de concerts

14-17/12/21 CENTRE DES BORDS DE MARNE 22/5/22 THEATRE PICCOLO CHALON SUR SAONE 31/5/22 THEATRE RAYMOND DEVOS TOURCOING 14/10/22 BARCAROLLE SAINT OMER

Commentaires

Ce projet est co-produit par la Cité de la Voix Vézelay, Le Centre des Bords de Marne et l'Atelier lyrique de Tourcoing. Il est soutenu par le CNM, la Drac GE, La Région GE, La Ville de Strasbourg, la Spedidam et l'Adami.