Sélectionner une page
< Retour à la liste

In situ Eaux vives, métamorphoses et ptochopodes

Cristal Variables

In situ Eaux vives, métamorphoses et ptochopodes In situ

Création musicale et Immersion poétique – In Situ/spacialistion
Avec TRAITEMENT DU SON ET DE L’IMAGE EN TEMPS REEL ET DIFFUSION DELOCALISEE

Un quintet, cinq personnalités, cinq instruments singuliers pour former un dispositif mutant, protéiforme qui, comme un poulpe, joue et pense en pluriel.
Dans la persistance du geste, jouant du liminal à l’orchestration, aux frontières entre timbre
et harmonie, son musical et son concret, nous créerons une écriture ouverte que nous rêvons libre d’ancrage.
La voix d’Elise est au centre du dispositif, comme un instrument organique, qui parle,
dit le groupe et la narration.
Les mots de Vinciane de Desprét, de René Char, d’Henri Michaux, traversant fabulations poétiques et connaissances scientifiques, nous inviterons à penser différemment la place de l’homme dans la nature, à nous éloigner des terres pour les berges et les profondeurs, vers les multiples visages de l’eau.

NAISSANCE D’ UN POULPE
« Notre duo avec Catherine Brisset émergeait déjà d’un désir de musique à la bordure du liminal.
Nous appuyant sur un effectif inhabituel (guitare électrique et cristal), on avançait un discours se situant dans le frontières entre timbre et harmonie, son musical et son concret, gestes humains et processus machinaux.
Elargir cet effectif nous semblait une évidence.
De là, l’idée d’un instrument à la fois électronique et hautement gestuel (les ondes Martenot), dont le potentiel expressif a été jusqu’à présent peu exploré en improvisation et écriture ouverte.
Egalement, la voix, mais comme instrument « concret » et organique, qui parle, dit le groupe,
la narration.
Enfin, la percussion, dont les possibilités adaptatives et de mutation lui donnent un pouvoir «caméléonesque », sans bornes qui lui permet de reconstituer, renforcer, ou tout simplement de rendre visible les formes les plus subtiles dans les situations les plus inattendues.
En somme, pas seulement trois instruments singuliers, mais trois personnalités fortes qui se joignent à nous pour former un dispositif mutant, protéiforme qui, comme un poulpe, pense au pluriel, avec ses tentacules et prend la couleur et la forme de son environnement, comme un miroir nous renvoyant un commentaire ancestral, mais qui nous permet de ressentir le monde d’aujourd’hui comme quelque chose de neuf. » Santiago Quintans

« Le jeu correspondrait plutôt à la manifestation d’un rapport libre et créateur au monde
et aux choses. Peut-être même serait-il, plus précisément dans le cas des poulpes,
une expression têtue de cette liberté.» Extrait de Autobiographie d’un poulpe.
Nous avons choisi de nourrir notre écriture et nos imaginaires musicaux de «Autobiographie d’un poulpe» de Vinciane Despret.
Traversant fabulations poétiques et connaissances scientifiques, l’auteure philosophe nous
invite à penser différemment la place de l’homme dans la nature, à nous éloigner des terres
pour les berges et les profondeurs, vers les multiples visages de l’eau.

Nous construirons des séquences sous forme d’écriture ouverte, dans des jeux de métamorphoses, évoquant densité et diffraction, rythmes, lumière et abysses, dans les limites entre musique et bruit, explorant la forme et l’informel, questionnant sciences et jeu, rigueur et invention spontanée.
Dans la persistance des gestes, nos doigts, nos voix, comme les tentacules du poulpe,
s’évaderont, autonomes, et créeront alors une partition libre d’ancrage.
Cette utopie poétique évoque ces profondeurs, abritant humains et poulpes qui créent,
en symbiose, une possibilité de préserver êtres et espèces animales, mémoire ancestrale,
pensées et corporalité.

TRAITEMENT DU SON EN TEMPS REEL ET DIFFUSION DELOCALISEE

Allant au -delà de la musique pour soulever la question de l’espace musical et physique, le quintet interpelle le témoin, l’auditeur, l’incitant à aller par-delà son rôle.

Nous envisageons de développer notre projet d’une façon transversale et multidimensionnelle, imaginant une création autour d’un dispositif « In situ » pouvant s’élargir créant une expérience plus complexe du sonore et du visuel.

A partir du travail d’improvisation/composition que nous menons actuellement, nous envisageons une diffusion sonore délocalisée pour aller au-delà de la performance musicale et nous approcher plus de la création d’espaces sonores indépendants de la scène, où l’auditeur prendrait une place plus active dans l’expérience.
Chaque musicien/ne sera alors à la fois dans un espace de jeu précis, mais chaque son sera capté, assemblé, trouvera sa place par-delà la place physique de chacun.
L’écriture sera alors elle aussi modifiée, la perception de l’individuel et du collectif questionnée.
Chaque performance/concert sera d’autant plus unique que l’architecture, le paysage seront différents.
L’auditeur, sera lui aussi placé dans une situation inédite.
Il pourra s’immerger dans la matière et les espaces sonores grâce à la diffusion des sons captés en temps réel lors de la performance musicale. La captation sonore amplifiera, transformera les notions de fusion, éclatements, les densités et intensités.
De la même façon, grâce à des captations de proximité, les gestes, énergies seront diffusés offrant une image renouvelée de gestes sonores, du micro au macro.
Ces «scènes» comme délocalisées placeront le spectateur/visiteur actif, au centre du dispositif. Celui-ci démultipliera les sensations d’espace tout en l’invitant à déambuler librement.

Un créateur/créatrice lumière-vidéo, un/e ingénieur/e son, se joindrons à nous pour ce projet.

Infos

Repertoire

Création contemporaine

Genre

Vocal et instrumental, Avec électronique

Nombre d'artiste sur scène

5

Caractéristiques

Mise en scène, en espace, Projet avec volet participatif

Décors

Non

Extraits

Extrait video

Dates de concerts

Printemps 2023/2024