Sélectionner une page
< Retour à la liste

Virtuosité baroque

Le Palais royal

Virtuosité baroque

« Le dangereux attrait de la virtuosité…, plaisir bien excusable, presque innocent chez un jeune homme, mais néanmoins mortel pour l’art et pour l’âme. » Romain Rolland

L’annonce de ces concerts consacrés à la virtuosité dans la musique baroque italienne inquiéta plusieurs de nos amis qui, à l’instar de Romain Rolland, doutaient fort de l’intérêt musical d’un tel programme. Notre ambition sera de montrer la virtuosité non pas comme une technique développée au seul service de la gloire de l’interprète, mais comme un des moyens géniaux dont usèrent les artistes italiens pour traduire les mouvements passionnés de leur âme.

Virtuosité vient du latin virtus qui lui-même renferme vir : l’homme. Virtus signifie donc les qualités qui font la valeur de l’homme, moralement et physiquement. ll se traduit par courage, mérite, hauts faits mais également vertu, perfection morale. Si cette belle généalogie de la virtuosité nous prouve sa noblesse, notre programme souhaite aussi montrer la diversité de ses formes : virtuosité instrumentale avec Corelli et Uccellini, virtuosité vocale avec Rubino mais aussi virtuosité des compositeurs avec l’exceptionnelle maîtrise de Scarlatti ou de Lotti qui atteignent des sommets d’émotion grâce à la prouesse d’écriture des 10 voix superposées, et non malgré elle.

Note d’intention de mise en lumière et en espace (Olivier Oudiou) :
« Mettre en scène un concert est toujours une gageure car cette forme de représentation a ses codes aujourd’hui et ses rituels. Pourtant ce défi de prolonger l’écoute de ce programme de musiques baroques religieuses du XVIIIe siècle italien, permet d’en trouver une forme pour que l’oeil écoute autant que les oreilles. Le choix de scénographier l’espace par des candélabres à bougies, où vont évoluer ces dix chanteurs accompagnés par six musiciens, n’est pas qu’une volonté esthétique mais un prolongement de toucher le spectateur au service de cette musique au registre si émotionnel qui joue sur le spectaculaire de l’intime douloureux. Il s’agira donc tout d’abord de mettre en scène ce répertoire dans cette forêt de bougies unissant dans un espace resserré ces dix chanteurs en mouvement et leurs six accompagnateurs : provoquer un effet de loupe sur les corps et les visages tremblés par la proximité de ces flammes vives qu’aucun autre artifice n’arrive à rendre, comme de faire surgir à distance le contraste lumineux de ces protagonistes plongés dans l’obscurité qui les enveloppe. Dans l’art baroque cette thématique des ténèbres, d’où surgissent le corps et l’âme, est totalement partagée par les différents arts que ce soit la musique ou la peinture par exemple.
Les lieux où se dérouleront ces concerts seront utilisés dans leur architecture comme théâtre de cette représentation musicale : comment ne pas résister à la procession d’entrée du Iste Confessor de Scarlatti composée en hymne liturgique processionnelle ouvrant ce programme, comme à l’élévation en hauteur, ou sur une tribune en pierre, du Stabat Mater à dix voix de ce même compositeur, point d’orgue de cet intense parcours musical ? Tout ce chemin dans l’espace se fera à pas comptés et mesurés, pour ne pas briser l’émotion que la musique procure.»

Note d’intention de Véronique Boisel (costumes) :
« Les costumes sont créés sur demi-mesure dans une idée de silhouette XVIIe épurée, assurant un maintien et une ampleur de mouvement des chanteurs.
Un manteau de robe inspiré des costumes de coeur XVIIe, évoquant le contexte historique de la musique baroque est complété par une jupe longue donnant le volume nécessaire à une silhouette épurée de tout artifice. Les 6 manteaux de robe étant réalisés dans un camaïeu de tissu damassé.
Les chanteurs portent une chemise noire évoquant le costume d’époque sans date précise, sur un pantalon de costume noir visant à élancer la silhouette.
Au vu de l’éclairage à la bougie des représentations, nous avons mis l’accent sur le rendu des tissus et couleurs, et les silhouettes afin de rendre au mieux l’atmosphère sacrée et confinée de la musique baroque.»

Infos

Repertoire

Baroque

Genre

Vocal et instrumental

Nombre d'artiste sur scène

17

Caractéristiques

Mise en espace, Projet avec volet participatif ou contributif du public ou d'amateurs (droits culturels, EAC /médiation...)

Commentaires

Comprend 10 chanteurs, 6 instrumentistes (dont 1 orgue positif) et 1 chef.

Décors

Oui

>> voir un extrait vidéo

>> écouter un extrait sonore

Dates de concerts

18 septembre 2021 : Eglise de Saint-Sulpice de Favières (91) 19 septembre 2021 : Eglise de Chalo-Saint-Mars (91) 2 octobre 2021 : Eglise de Lunéville (54) 5 octobre 2021 : Eglise Saint-Etienne-du-Mont (Paris 5e) 6 octobre 2021 : Cercle de l'Union Interalliée (Paris 8e) 7 octobre 2021 : Eglise Notre-Dame du Val-de-Grâce (Paris 5e)