Sélectionner une page
< Retour à la liste

Purcell, The King Arthur

Les Musiciens de Saint-Julien

« The excellent composition of Mr. Purcell, in whose person we have at length found an Englishman equal with the best abroad. »
Ces mots enthousiastes sont ceux du fameux poète Dryden, en 1690, dans la préface de son Amphitryon pour lequel il a proposé à Purcell de composer quelques airs. Cet essai est décisif puisque Dryden n’hésite pas à confier à Purcell la composition des scènes musicales de King Arthur l’année d’après, en 1691.
La création a lieu au Dorset Garden Theater en mai 1691, un an après celle de Dioclesian. Ce genre – une pièce de théâtre rehaussée d’effets scéniques et d’interludes musicaux – trouve son origine dans les années 1670 avec les compositeurs M. Locke et G.B. Draggi.
Purcell s’inspire de la structure des oeuvres mises en musique par Locke sur le modèle des comédies-ballets françaises, mais renforce le cadre musical du drame en ajoutant des pièces instrumentales, ou act tunes, entre les actes. Il emprunte aussi à la tragédie lyrique lullienne, l’ouverture « à la française » et les ballets, servis par un grand orchestre « à la française », avec trompettes, timbales, hautbois, flûtes à bec et bassons français. Il dispose ainsi d’une palette de couleurs sonores très variées.
L’aura mythique et fantastique de l’action, librement inspirée de la légende arthurienne, offre à la musique un rôle essentiel, comme manifestation de la magie ou support de l’imagination. Le spectacle est un énorme succès, de loin le plus important et durable des semi-operas de Purcell. La qualité musical explique sans doute très largement ce triomphe. Dryden lui a offert une palette de situations et d’actions particulièrement contrastées, d’atmosphères et de sentiments variés, tout en conservant un lien à l’action de la pièce. Cette diversité permet à Purcell de toucher à tous les genres, du plus suspendus comme Fairest Isle à la chanson populaire. Quant à la célèbre scène du Génie du Froid elle marqua fortement les spectateurs.
Après un enregistrement remarqué chez Alpha consacré à Purcell avec le contre-ténor Tim Mead et une production de deux Odes, dont la fameuse « Hail Bright Cecilia », c’est tout naturellement que nous retrouvons ici Les Musiciens de Saint-Julien, choeur et orchestre sous la direction de François Lazarevitch, dont la capacité à se fondre dans les genres les plus divers trouve tout son sens.

Solistes envisagés :
Emmanuelle de Négri
Anne Magouet
Zachary Wilder
Marc Mauillon ou Victor Sicard
Nicolas Brooymans ou Renato Dolcini

Infos

Repertoire

Baroque

Repertoire secondaire

Baroque

Genre

Vocal et instrumental

Nombre d'artiste sur scène

38

Caractéristiques

Mise en espace, Opéra

Commentaires

Création envisagée en 2023.

Décors

Non

>> écouter un extrait sonore

Dates de concerts

Intérêts notamment de l'Atelier Lyrique de Tourcoing et du Théâtre des Champs Élysées.