Sélectionner une page
< Retour à la liste

ÔM

Spirito

ÔM

Aujourd’hui, Ôm, choeur Spirito.
Prendre du temps pour ce concert.
Prendre le temps de ce concert, aussi. Le temps du muguet, celui de la prière, celui de la danse, de la joie et de la douleur.
La prière, accepter de l’entendre au fond de soi – même si l’on n’en partage pas tous les prémisses –, ancienne ou plus moderne ; latine, russe, finnoise, corse ou chantée en français (ma langue). Elle est toujours, sous les horizons, nourrie d’autre chose qu’elle-même, comme de la sève du peuple qui la profère et de la terre d’où elle monte.
Ne pas distinguer, je crois bien, entre religieux et profane. Et d’abord, que « profane »-t-on si l’on n’est religieux ? Ne devrait-on pas dire, plutôt, sacré ? Tant le simple humain peut être sacré, sous les arbres tutélaires, sur un champ de bataille ou en un paisible jardin, baigné de lune…
D’autre diraient, ce soir, qu’Ôm leur donne à entendre du populaire et du savant. Comment comprendre cela ? Les peuples savent, eux aussi ! – peut-être ne le savent-ils pas. Les clercs, quant à eux, ceux qui ont appris, savent, bien sûr, ce qu’ils savent. Leur musique, peut-être devrait-on la nommer, simplement : « sachante » ? Les plus grands d’entre eux, en tout cas, laissent couler en leur chant le flot de ce que les peuples leur enseignent… Et la polyphonie savante, si loin aventurée dans les arcanes de l’esprit, ne porte-t-elle pas aussi la résonance du corps ?
J’entends les ornements du chant corse à plusieurs. Je pense à l’art de l’Orphée antique, ou à l’Orphée baroque, aux portes du royaume sombre. N’était-ce pas tout proche ? Méditerranée… Et le passage du temps, n’est-ce pas illusion ?
Entendre ce soir le vent d’Ôm qui souffle, sur toutes ces frontières que l’on ne saurait tracer de main ferme.
Entendre tout cela, qui résonne sans emprunter les voies de la choralité duelle du masculin et du féminin. Peut-être le mystère de cette couleur térébrante, ce repli de l’éventail du spectre, creuse-t-il encore un peu le mystère de la spiritualité du chant.
Résonance, tout à la fois essence et image de la vie.
Chanter, c’est toiser le temps, et créer l’espace. C’est se créer.
Chanter, c’est avoir un corps. Écouter chanter aussi.
Se souvenir de cela, demain.

Infos

Repertoire

Classique, romantique

Repertoire secondaire

Création contemporaine

Genre

Vocal

Nombre d'artiste sur scène

21

Caractéristiques

Mise en espace

Commentaires

La distribution est de 20 chanteurs hommes ( 3 contre-ténors 6 ténors 5 barytons et 6 basse s. Le programme est dirigé par Nicole Corti et la mise en espace par Thomas Guerry. La création lumière est de Nicole Charpail. La mise en espace peut être plus réduite selon les lieux ainsi que la création lumière.

Décors

Non

>> voir un extrait vidéo

Dates de concerts

Festival de La chaise Dieu le 23 aout 2021 Festival Berlioz le 30 aout 2021 Sémaphore Irigny le 21 janvier 2022