Sélectionner une page
< Retour à la liste

No Time in Eternity

Ensemble Céladon

En 2015, Paulin Bündgen a décidé de réunir des
Consort Songs Élisabéthaines pour violes de gambe
et contre-ténor avec des oeuvres du compositeur
britannique Michael Nyman (Prospero’s Books, La Leçon
de piano, Gattaca…), afin de mettre en avant, au-delà
de toute temporalité, l’évidente passerelle artistique
entre la musique de la Renaissance et la musique
contemporaine anglaises.

À sa demande, Michael Nyman a également composé pour ce projet la pièce No Time in Eternity, qui est devenue la pierre angulaire du programme.

L’ensemble Céladon propose de réunir ces oeuvres et leurs compositeurs au sein d’un programme qui laisse entrevoir la possibilité, pour ces musiques pourtant définies par leurs époques respectives (ancienne et contemporaine), de sortir des marqueurs du temps, forcément, inéluctablement réducteurs. Pas d’opposition entre les deux époques dans ce concert, puisque la musique de Michael Nyman découle tout naturellement de celle de ses prédécesseurs ; mais plutôt un savant mélange des genres, démontrant une étonnante proximité de ces oeuvres, imbriquées dans le programme : ne pourrait-on pas croire en effet, que Sit fast de Tye a été composé hier ?

D’un siècle à l’autre, on ressent la force d’un témoignage projeté par le timbre de contre?ténor, l’intensité du consort de violes de gambe qui porte l’envol, et finalement une magie qui s’opère : l’expression paradoxale de la voix qui est à la fois la seule, et la sixième parmi les violes.

Infos

Repertoire

Médiéval, Renaissance ou plus ancien

Repertoire secondaire

Moderne, XXème

Genre

Vocal et instrumental

Nombre d'artiste sur scène

6

Commentaires

Cette proposition existe en 2 versions : une de concert, sans décor et une avec une mise en lumières et quelques éléments de décor (sculpture d'éclipse cf. visuel).

Décors

Oui

>> voir un extrait vidéo

>> écouter un extrait sonore