Sélectionner une page
< Retour à la liste

Mécanismes Libres

Stefania Becheanu

Pour la performance Une écoute intime, Stefania Becheanu a créé un « instrument » plastique et sonore : une structure légère de 2 mètres environ, construite comme un cube, un espace intime dans laquelle elle s’installe, créant ainsi une géographie propre au sein de laquelle elle manipule plusieurs éléments pour produire des sons et du rythme composant une pièce musicale. Cette performance, créée à l’Arsenal de Metz en Novembre 2019, est basée sur la technique binaurale de spatialisation du son qui nécessite d’équiper les spectateurs de casques. Assis tout autour de la structure-scène, ils sont plongés dans une écoute intime et statique.
Avec Mécanismes libres, elle souhaite créer une nouvelle pièce sonore et musicale en développant cet instrument-sculpture, mais cette fois-ci en proposant aux spectateurs une écoute en déambulation libre tout autour de la structure-scène. L’espace sonore n’est plus cantonné à l’écoute au casque. Le spectateur-auditeur peut choisir son point de vue, son point d’écoute .
La sculpture est composée de 4 éléments, parallélépipèdes d’acier de différents tailles : une structure avec une harpe équipée de cordes de guitare aux sons graves et écrasants, une structure avec une harpe aux sons aigus dont Stefania active les sonorités caractéristiques de façon aléatoire, une structure avec une plaque de métal et des objets aux sons concrets et évocateurs (jouets mécaniques en métal…), et une autre sur laquelle des fils équipés de capteurs produisent du souffle quand ils sont frottés, et qui répondent au propre souffle de Stefania, sonorisé dans la performance.
L’ensemble crée un espace propre où le jeu musical engendre une véritable chorégraphie, et vice-versa. Le travail engagé lors de la création d’Une écoute intime sera prolongé et approfondi avec les conseils d’une chorégraphe et d’un percussionniste pour donner encore plus de sens à cette relation.
Le travail du son, en collaboration étroite avec l’ingénieur du son et réalisateur en informatique musicale, s’articulera selon trois axes. D’abord un travail sur les timbres pour, via micros et capteurs, extraire de l’instrument des sons à la fois inouïs et extrêmement évocateurs pour les spectateurs, des sons de l’intime. Ensuite, un travail sur la spatialisation cette fois-ci non pas au casque mais via des hauts parleurs répartis autour du dispositif, pour offrir au public une écoute sur plusieurs plans, du macro au microscopique. Enfin, la diffusion d’enregistrements de paysages sonores issus des pérégrinations de Stefania (field recording) permettra une autre forme d’ouverture à l’imaginaire du spectateur.

Infos

Repertoire

Création contemporaine

Repertoire secondaire

Création contemporaine

Genre

Instrumental

Nombre d'artiste sur scène

4

Caractéristiques

Spectacle mis en scène

Commentaires

nouvelle création

Décors

Oui