Sélectionner une page
< Retour à la liste

Leçons de ténèbres de Charpentier

Les Ambassadeurs ~ La Grande Ecurie

Longtemps relégué dans l’ombre par l’encombrant Lully, Marc-Antoine Charpentier retrouve peu à peu la place qui lui est due : celle de l’un des plus grands compositeurs de l’ère baroque. Une grande part de son catalogue reste cependant à découvrir. Parmi ses quelques 550 oeuvres, sa contribution à l’office des ténèbres est d’une richesse sans pareille. On y distingue plusieurs ensembles : les leçons à voix seule et basse continue (lamentations aux riches mélopées encore empreintes d’italianismes auxquelles s’ajoute toute la palette ornementale des airs de cour), celles pour plusieurs voix, et celles pour voix seule et ensemble instrumental. Dans ces dernières, et particulièrement dans les extraordinaires leçons pour basse qui nous intéressent ici, le style vocal se fait plus sobre sur le plan ornemental, mais Charpentier porte à son pinacle la rhétorique expressive, amplifiée par les ritournelles et accompagnements instrumentaux.
Les trois leçons de ténèbres H.123 (pour le mercredi saint), 124 (pour le jeudi saint) et 125 (pour le vendredi saint) opposent la basse-taille (baryton) soliste à une paire de flûtes allemandes (traversières), de violons, et la basse continue. Le récitant (chanteur) relate la destruction de Jerusalem par les Chaldéens par des chants lugubres dans lesquels le prophète déplore la ruine de Jérusalem et les péchés qui causèrent la colère divine. Après un superbe prélude empreint de gravité et de ferveur, développant librement le Tonus lamentationum grégorien, le compositeur accentue les contrastes de verset en verset en alternant les instrumentations, avant de conclure par le Jerusalem dont la répétition identique à la fin de chaque leçon amplifie le sens moralisateur, impérieux et réconfortant à la fois. Charpentier développe autour de la voix un contrepoint miraculeux, qui souligne le texte avec un symbolisme qui allie la grâce à la puissance.

Infos

Repertoire

Baroque

Genre

Vocal et instrumental

Nombre d'artiste sur scène

8

Commentaires

Notre répertoire s'étend de la musique de chambre à la grande forme orchestrale, vocale ou seulement instrumentale du 17e au 20e siècle. Parmi les autres projets en diffusions pour les saisons à venir : - Symphonies 4 et 5 de Mendelsohn - Musique pour le festin royal du comte d'Artois (en partenariat avec le CMBV) - Le Carnaval du Parnasse de Mondonville (en partenariat avec le CMBV) - Le Monde selon Mozart (spectacle autour de 4 chanteurs sur la musique de Singspiel de Mozart) - Atys de Lully, dans une mise en espace de Jean-Philippe Desrousseaux - Cantates de Bach pour alto et ténor en musique de chambre

Décors

Non

Dates de concerts

15 aout 2021 Saint Maximin