Sélectionner une page
< Retour à la liste

Immersion Totale

Trio Zodiac

Immersion Totale

En partir d’un contenu visuel immersif, nous voulons créer un spectacle total en mettant en oeuvre l’esthétique des nouveaux médias. Pour ce faire, nous allons utiliser des méthodes bien connues telles que les simulations de particules, les données de nuages de points, la géométrie générative, l’instanciation géométrique, les simulations physiques, des plans à 360° comme les mouvements de caméra, les rotations, le positionnement du zénith, les effets de parallaxe (voir explications ci-dessous).

Nous éviterons les sollicitations visuelles trop chargées en passant de manière fluide et rythmée par des scènes minimalistes désaturées à des scènes plus complexes et vivantes, et nous choisirons soigneusement si un élément figuratif est nécessaire. Le plus important est de produire une atmosphère et des ambiances appropriées pour jouer avec la lumière, la profondeur, les volumes, les couleurs et la vitesse.

Programme complet:

Steve Reich – New York Counterpoint
Aarvo Pärt – Spiegel im Spiegel
Eva Beglarian – Play it Like a Girl
Olivier Messiaen – « Quatuor pour la fin du temps » Mouvement VIII. Louange à l’immortalité de Jésus
Maria del Pilar A. Miralles Castillo – You. Just A Person Made of Plastic (Création Mondiale)
George Frideric Handel – Dixit Dominus (extrait)

Programme Détaillé:

1. Steven Reich – New York Counterpoint
La première composition musicale est très rythmique et synthétique. Elle nous permet d’établir un début minimaliste, monochrome et simple qui se développera progressivement au cours de la scène et de la performance entière. Cette partie exige des visuels réactifs et pulsatifs – il peut s’agir de spots lumineux minimalistes pour des compositions aux lignes simples qui forment des horizons ou des volumes éthérés en 3D. Cette partie est aussi la plus longue, nous avons donc besoin d’une évolution à travers les mouvements originaux rapide-lent-rapide. Nous pouvons utiliser des couleurs pour illustrer certains des motifs mélodiques et les mettre en valeur. Aussi, pour transmettre la dynamique, les couleurs et les multiples facettes de New York. C’est drôle, on trouve un concept très similaire dans le projet audiovisuel du même compositeur lui-même (deux dernières photos).

2. Arvo Pärt – « Spiegel im Spiegel »
Ce morceau est très méditatif et majeur, et il se marie très bien avec les dégradés de couleurs, l’animation lente, les effets lumineux et la fluidité. Le titre m’inspire également à créer quelque chose autour de l’idée de miroir/infini miroir/infini d’images. Le mouvement Parallax, le concept de déplacement de différents plans et couches à différentes vitesses et directions, combiné à des simulations de tissus est une excellente option.

3. Eva Beglarian – « Play it Like a Girl »
Une autre partie rythmique, rapide et courte qui se présente en noir et blanc. Inspirée du folklore bulgare. Elle évoque des motifs de petites géométries et formes ou des particules qui surgissent ou tombent. C’est une excellente occasion d’explorer la mise en scène et de créer un mouvement animé engageant avec l’architecture. La transition entre cette partie et la précédente est très délicate. Habituellement, nous faisons tout disparaître entre les scènes – en s’effaçant ou en s’envolant, mais la perception et les yeux humains exigent une logique visuelle approfondie. Des couleurs ou des mouvements similaires peuvent être combinés ici pour éviter un changement brutal. Les couleurs peuvent disparaître lentement, et nous serons de retour à la monochromie.

4. Olivier Messiaen – « Quatuor pour la fin du temps » Mouvement VIII. Louange à l’immortalité de Jésus
Cette composition est lente et émotionnelle. L’idée est de jouer avec les données du nuage de points d’un objet particulier – quelque chose de figuratif qui semble éthéré et illusoire – une nature morte ou un corps humain. Le nuage de points est constitué de millions de particules qui peuvent être simulées par des paramètres physiques comme le vent, les turbulences, la gravité. Il s’agit d’une simulation immersive qui imite certains processus naturels magnifiques comme les volées d’oiseaux. Les données des nuages de points sont facilement capturées par n’importe quel objet physique, avec des couleurs et des textures originales. Il s’agit en fait d’un objet scanné en 3D qui peut être déconstruit et transformé.
Maria del Pilar A. Miralles Castillo – You. Just A Person Made of Plastic (Creation Mondiale)

5. G.F. Haendel – Dixit Dominus (extrait)
Une fin définitive où une voix prend part. On pense à un final coloré et riche qui combine des éléments des scènes précédentes – particules, fluides, objets, taches de couleur, etc. Cela semble dramatique, donc nous pouvons aussi mettre en place une rotation lente et dramatique de 360° avec tout sur l’écran. Cette façon de faire représente également les cycles sans fin de l’univers et le fait que chaque fin est un nouveau commencement.

Infos

Repertoire

Moderne, XXème

Repertoire secondaire

Création contemporaine

Genre

Instrumental

Nombre d'artiste sur scène

3

Caractéristiques

Mise en espace

Pluridisciplines

Vidéo-mapping

Commentaires

/

Décors

Non

>> voir un extrait vidéo

Dates de concerts

Octobre 8-25, 2021: The Box Factory, UnCommonly Studio (New York, NY, Etats-Unis)