Sélectionner une page
< Retour à la liste

Génération 1685 Bach/Scarlatti – LEIPZIG. NAPLES. LISBONNE –

ENSEMBLE JACQUES MODERNE - direction Joël SUHUBIETTE

Génération 1685 Bach/Scarlatti - LEIPZIG. NAPLES. LISBONNE -

Nés la même année (1685), J. S. Bach et Domenico Scarlatti, tous deux réunis dans ce programme, n’empruntent pas les mêmes voies.

Si J. S. Bach, compositeur sédentaire et fervent luthérien, demeure toute sa vie en Allemagne, et n’est que très peu connu en Europe de son vivant, D. Scarlatti, né à Naples, s’installe à Venise, à Rome, voyage en Toscane, au Portugal puis en Espagne où il demeurera toute la fin de sa vie. Les deux compositeurs s’attellent à tous les répertoires, (excepté l’opéra en ce qui concerne Bach). La musique sacrée, pour Bach comme pour Scarlatti, est une grande source d’inspiration qui leur permet d’atteindre des sommets d’expressivité.

La Gazetta de Lisboa du 1er janvier 1722 nous informe qu’un Te Deum de Domenico Scarlatti a été exécuté la veille, dans la soirée, à l’Eglise Saint-Roch, à cette occasion « magnifiquement décorée et illuminée », et que « toute la noblesse de la cour était présente ainsi qu’une foule innombrable ». D’après cette source, le Te Deum était élégamment composé et distribué entre plusieurs choeurs de musiciens du célèbre Domenico Scarlatti. Nous ne sommes pas certains que l’unique Te Deum à huit voix de Scarlatti qui nous soit parvenu aujourd’hui ait été composé à cette occasion même si son écriture antiphonale semble l’indiquer. La distribution vocale du Te Deum suit la subdivision traditionnelle entre premier et second choeur (quatre voix chacun). Le style est essentiellement homophonique et vertical et le rapport entre les deux choeurs est égal. Il s’agit donc d’un mode polychoral qui renvoie aux grands modèles du passé ; en outre, le langage harmonique est remarquablement plus simple que celui du Stabat Mater.

Scarlatti, en quête perpétuelle des faveurs princières, se joue pourtant des traditions et des modes : en composant son Stabat Mater, il délaisse le principe compositionnel à numéros (succession de séquences selon un schéma traditionnel) qui se pratiquait en Europe dès la fin du XVIIe siècle, et choisit une forme unitaire et monolithique. Il réprouve le principe de l’écriture pour double choeur, préférant la richesse d’un tissu vocal à dix voix réelles. La Missa quatuor vocum, aussi appelée « Messe de Madrid » car elle a été initialement composée pour la chapelle Giulia au Vatican et, chemin faisant, fut retranscrite en 1754 pour la Chapelle Royale espagnole, est le seul exemple de composition « alla Palestrina » (contrepoint fugué, « ainsi appelé du nom du musicien célèbre qui, le premier, sut y mettre la majesté convenable à la musique d’église », selon le Littré). Composée pour quatre voix a capella, la Missa quatuor vocum est caractérisée par son économie de moyens et d’effets, qui en renforce le sens et la portée.

Les deux motets funèbres de Bach, Jesu, meine Freude (BWV 227) et Komm, Jesu, komm (BWV 229) comptent parmi les sommets de l’oeuvre a capella du compositeur. Le premier, composé en 1723, offre une architecture musicale d’un équilibre parfait entre le choral, inspiré de Johann Franck, hymniste allemand, et les versets de l’Epître de Saint Paul. Komm, Jesu, komm, composé pour double choeur sur un texte de Paul Thymisch, met en regard de façon poignante la lassitude, l’affaiblissement du corps et le chemin de vie que représente Jésus.

Programme :

Johann Sebastian Bach (1685-1750)
-Jesu, meine Freude (BWV 227)
-Komm, Jesu, Komm (BWV 229)

Domenico Scarlatti (1685-1757)
-Te Deum
-Stabat Mater

Infos

Repertoire

Baroque

Genre

Vocal et instrumental

Nombre d'artiste sur scène

14

Commentaires

Extrait de PRESSE de Hélène de la Vienne pour Lyriqueinfo : «Avec "Jesu meine freude" nous avons un exemple remarquable d'une parfaite symbiose entre les chanteurs, le continuo et Joël Suhubiette dont la direction est nerveuse, claire, nette, précise, dynamique nous apprécions la parfaite interprétation de l'ensemble vocal dont les artistes donnent l'un après l'autre les départs de chaque thème avec une précision d'orfèvre L'ensemble Jacques Moderne fait, à l'occasion de ce concert remarquable un retour très réussi sur scène"

Décors

Non

>> voir un extrait vidéo

>> écouter un extrait sonore