Sélectionner une page
< Retour à la liste

Daphnis et Alcimadure de Mondonville

Les Passions

Daphnis et Alcimadure de Mondonville

Pastorale languedocienne, créée devant le roi à Fontainebleau, le 29 octobre 1754 par Jélyotte, Latour, Marie Fel, Melles Lyonnois, Puvigné, Lany, Mrs Laval. Texte du prologue de l’abbé de Voisenon. Paroles et musique de Mondonville. On peut dire sans se tromper, que si le nom de Mondonville n’a pas disparu totalement de nos dictionnaires et de nos histoires de la musique au cours des siècles, c’est grâce, d’une part, à ses sonates pour violon et clavecin, et d’autre part, à sa pastorale Daphnis et Alcimadure. Pour quelles raisons ? Ses sonates intéressent au plus haut point les violonistes à cause de certaines nouveautés techniques exploitées par l’auteur, les sons harmoniques particulièrement. Quant à Daphnis et Alcimadure, on peut penser que le dialecte languedocien utilisé par le compositeur a beaucoup charmé et surpris à la fois les auditeurs avides de curiosités. Les provinciaux se sont sentis concernés. Les esprits encore échauffés par la guerre des Bouffons ont, soit « récupéré », soit désapprouvé l’usage du patois. Mais il est certain que tout le monde en parla longuement. Un autre méridional, Jean-Joseph Mouret avait eu l’idée d’introduire la langue provençale dans une entrée de l’une de ses œuvres, Les festes de Thalie. Mondonville s’inspira très certainement de cette idée quand il entreprit d’écrire le livret et la musique de Daphnis. Cette pastorale se divise en 3 actes écrits en occitan, avec un prologue en vers français intitulé « les jeux floraux », et paraît pour la première fois à la cour de Louis XV pendant le séjour royal à Fontainebleau, le mardi 29 octobre 1754. Le compositeur la dédie à la Dauphine. Non seulement l’on retrouve les qualités « occitanes » de la musique de ce compositeur originaire d’Occitanie, mais il écrit le livret directement en langue d’Oc. Il inclut même dans son œuvre une authentique chanson languedocienne. Cette œuvre sera présentée au public parisien sur la scène de l’Académie Royale de Musique le 5 janvier 1755, et connaîtra ensuite 26 représentations en Occitanie : Montpellier, Nîmes, Toulouse, Lyon, Bordeaux, Béziers, Millau, Saint-Pons, Saint-Chinian, Saint Jean du Gard, etc.

Source : Société de Musicologie du Languedoc.

Plus d’infos : https://www.les-passions.fr/wp-content/uploads/2020/02/Pr%C3%A9sentation-Daphnis-et-Alcimadure-site.pdf

Infos

Repertoire

Baroque

Genre

Vocal et Instrumental

Nombre d'artiste sur scène

46

Commentaires

Opéra en version concert. En coproduction avec le Chœur Les Eléments (dir. Joël Suhubiette)

Décors

Non

Dates de concerts

1er et 13 octobre 2022 à Montauban et au Théâtre du Capitole de Toulouse