Sélectionner une page
< Retour à la liste

création TM+ / il Convito / Gérard Pesson

il Convito

Pour leur première collaboration, TM+ et Il Convito entrent en résonance autour de la création. Le dialogue des oeuvres au parloir des siècles est une signature des programmes conçus par Laurent Cuniot, directeur musical de TM+. Avec la claveciniste Maude Gratton, fondatrice d’Il Convito, il engage des correspondances entre pairs que quatre siècles distancent mais ne séparent pas.

Plus on remonte le cours de l’histoire de la musique, plus on s’éloigne vers les territoires au-delà des frontières du classicisme et de la tonalité – dont les chefs-d’oeuvre marquent nos habitudes d’écoute – et plus l’imaginaire peut s’ouvrir. En entreprenant une navigation entre jadis et maintenant, sur des routes de l’inouï qui croisent très au large de ce que l’on entend d’ordinaire, l’auditeur peut accueillir des émotions neuves, comme s’il était question, ici et là-bas, de l’altérité curieuse d’un autre nous-même.

D’une rive à l’autre, d’un ensemble à l’autre, il y a cinq musiciens, la voix humaine chez les « anciens » répondant à la vocalité expressive du hautbois chez les « modernes ». Ils fusionneront dans la dernière oeuvre de Gérard Pesson, commandée pour les dix réunis.

Maude Gratton a choisi pour Il Convito le voyage vers la Renaissance anglaise, l’âge d’or de la musique élisabéthaine aux XVIe et XVIIe siècles : William Byrd, Orlando Gibbons, John Dowland. Avec une échappée vers Henry Purcell, un siècle plus tard, dont l’écriture reçoit l’héritage de ses prédécesseurs tout en inventant les audaces à venir. Le chant, la modalité, le contrepoint serré se dérobent à un style ou un genre immédiatement identifiables, de l’espace demeure libre pour accueillir les émotions intemporelles de la mélancolie poétique et de la danse du désir.

Pour TM+, Laurent Cuniot – chef et compositeur passionné à la fois par le hautbois et les Fantaisies pour violes de Purcell – associe deux oeuvres, britanniques mais universelles, à cette aventure des correspondances en clair-obscur. Comme chez leurs aînées des siècles lointains, la gravité du ton et l’intimité de la mort voisinent avec l’énergie du mouvement et la virtuosité des couleurs.
Le jeu des reflets n’en finit pas.
Quand Jonathan Harvey compose le quintette avec hautbois Death of Light / Light of Death (1998), il se réfère explicitement à un autre monde, celui de la Crucifixion peinte au début du XVIe siècle par Matthias Grünewald pour le retable d’Issenheim. Une musique du cri, sans concession, hérissée de douleur jusqu’à la lumière « aveuglante et bénéfique » où tout est possible, le passé comme l’avenir. Une même fin suspendue – et comme portée par l’énergie de son commencement – caractérise le Quatuor avec hautbois (2011) d’Helen Grime, alors qu’il traverse un univers moins tourmenté, d’harmonies subtiles, de tension des lignes, jusqu’à la dissolution.

L’oeuvre en création boucle la boucle – ou plutôt, elle en ouvre une nouvelle, qui entrelace les effectifs, noue les vertiges de l’ombre mélancolique et les promesses d’une danse de lumière, tisse les références croisées avec la finesse nécessaire pour ne pas user du pastiche. Une oeuvre pour l’auditeur d’aujourd’hui, lui proposant, en miroir des autres au programme, de bousculer son confort d’écoute familière pour atteindre un horizon un peu plus élevé que l’ordinaire.

Infos

Repertoire

Création contemporaine

Repertoire secondaire

Médiéval, Renaissance ou plus ancien, Baroque, Moderne, XXème, Création contemporaine

Genre

Vocal et instrumental

Nombre d'artiste sur scène

10

Caractéristiques

création lumière lors de la création en février 2022

Commentaires

Chanteur invité pour ce projet : Paul-Antoine Benos (contre-ténor)

Décors

Non

>> voir un extrait vidéo

Dates de concerts

18/02/2022 Maison de la Musique à Nanterre 19/03/2022 Opéra de Massy