Sélectionner une page
< Retour à la liste

Au Bord d’un Monde

Philippe Ollivier / Le Logelloù

Au Bord d'un Monde

Au bord d’un monde
(Création en 2021)

Une femme s’affranchit de son histoire en la sublimant et par sa force créatrice, elle affirme qu’elle est entière, vivante. Elle affirme sa puissance féminine par son appartenance au cycle de la Nature. Elle a délaissé le papier, elle plonge dans son intimité et la révèle sur sa peau ou danse dans ses dessins, elle fait corps avec ses créations qui l’enveloppent comme une mue, la marque d’une transformation en cours. Le rouge domine et donne force à une projection de lierre. Unique présence verte, cette plante est symbole de force vitale, d’énergie et de persistance du désir. Des images subliminales flashent, comme des réminiscences de blessures anciennes. Divers végétaux apparaissent, l’une d’elles, récurrente, est une fleur morte aux nervures ciselées. Sur sa peau, la femme peint délicatement les veines de cette fleur. Dans le même espace, le musicien est le témoin distant, le coryphée.

Au bord d’un monde prend la forme d’un concert visuel performatif. Noëlle Deffontaines, plasticienne et performeuse et Philippe Ollivier, musicien et photographe, créent une pièce constituée de musique vivante électroacoustique, de danse, photographies, vidéos, dessins, peintures et broderies corporelles. Construite de manière cinématographique, cette pièce nous amène dans un atelier d’artistes, Au bord d’un monde où se confrontent en images et sons, le réel et l’imaginaire.

La musique est mise en relation directe avec les images produites sur le plateau.

Les constructions d’images évoquent l’univers des surréalistes de la première heure : le noir et blanc, l’inversion (en négatif), le focus sur des parties du corps (la main, le pied) et l’utilisation de superpositions de plusieurs images… Le détournement d’objets est également présent, l’aiguille brode sous la peau et l’encre est faite de sang.

Les photos ou vidéos composites sont le résultat d’un long processus dont le point de départ est un dessin ou un collage projeté sur la peau de Noëlle puis photographié par Philippe. Elles peuvent aussi être le fruit de la superposition d’un collage et d’une prise de vue animée, parfois réalisée en temps réel devant le public.

Noëlle Deffontaines : Danse, dessin, vidéo et conception
Philippe Ollivier : Musique, photographie, programmation informatique et conception

Regards extérieurs : Danielle Le Pierres, Christine Groult, Gonzalo Bustos

Guillaume Tahon : Régie générale
Marie Bouchier : Diffusion
Camille Simon : Médiation
Amélie Piron : Administration

Création 2021
Durée 60 minutes
A partir de 12 ans
Diffusion du son en Nanophonie (9.1)

Plus d’informations sur l’espace professionnel :

ABDUM_espace_pros


MDP : ABDUM022021

Profil public : https://www.philippeollivier.com/au-bord-dun-monde-2/

Infos

Repertoire

Création contemporaine

Repertoire secondaire

Jazz et Musiques improvisées

Genre

Instrumental

Nombre d'artiste sur scène

2

Caractéristiques

Spectacle mis en scène, Concert performatif

Pluridisciplines

Danse, Vidéo-mapping

Commentaires

Une artiste dans son atelier, active une recherche sur sa féminité. Elle se drape et s'orne, tour à tour de broderies, de peinture, de costumes numériques issus de ses oeuvres. Sa notion du temps est intime et soutenue par l'organicité des compositions électroacoustique du musicien présent avec elle sur scène, présence délicate et accompagnante.

Décors

Oui

>> voir un extrait vidéo

>> écouter un extrait sonore

Dates de concerts

1er décembre 2021 - Théâtre de Cornouailles, scène nationale de Quimper