Sélectionner une page
< Retour à la liste

A Byrd Celebration

Ensemble Près de votre oreille

Sous le règne d’Elisabeth Ier, deux compositeurs se partagent le privilège de l’édition musicale pendant vingt-et-un ans à partir de 1575. Il s’agit bien sûr de William Byrd et de celui qui fut peut- être son professeur, Thomas Tallis, organiste de la Chapelle royale depuis le roi Henri VIII. Les talents de claviériste de ce dernier se retrouvent d’ailleurs dans l’oeuvre de William Byrd qui devint Gentleman de la Chapelle royale en 1570 et qui, comme Frescobaldi en Italie, nous lègue une oeuvre pour clavier hors norme. Nous savons aujourd’hui peu de choses sur la jeunesse de ce compositeur, l’un des plus importants et prolifiques du XVIème siècle. L’oeuvre pour virginal, en partie présentée dans le Fitzwilliam Virginal Book, témoigne de l’audace de William Byrd, véritable précurseur de l’ère baroque anglaise. On y trouve par exemple des pièces à programme comme The Bells et de nombreuses danses, Pavana et Galliarda, dont les titres rendent souvent hommage à des personnalités nobles de l’époque. Ces oeuvres instrumentales profanes nous rappellent celles de contemporains un peu plus jeunes comme Anthony Holborne ou bien John Dowland, et il est permis de penser que le génie instrumental de William Byrd eut une très forte influence sur la musique de la fin du XVIème siècle. Byrd compose également pour consort de violes de gambe de sublimes In Nomine ou fantaisies, qui font référence dans toute l’histoire de la musique anglaise. Il est même l’un des premiers compositeurs à écrire pour un groupe d’instruments obligés et une voix seule avec ses Consort songs.
Officieusement, William Byrd était catholique avant d’être intégré à la cour d’Elisabeth Ier. Alors que l’Angleterre promeut l’anglicanisme, suite au schisme avec Rome en 1534 sous le règne Henri VIII, Il partage cette particularité avec John Dowland. Elisabeth Ier, reine modérée et passionnée par-dessus tout pour les arts, protège William Byrd malgré sa confession catholique. En 1593, William Byrd se retire de la cour et part s’installer à Stondon Massey, où il travaille pour Sir John Petre, noble et fervent catholique. C’est là qu’il compose ses trois messes à 3, 4 et 5 voix. Le catholicisme est de plus en plus mal perçu pas le puritanisme anglais et ces oeuvres sacrée passionnantes, composées secrètement, nous fascinent par leur pureté et leur rigueur d’écriture. Assez éloignées des oeuvres instrumentales du compositeur, qui étaient en avance sur leur temps, elles rappellent plutôt l’esthétique musicale du milieu de la Renaissance et les magnifiques Lamentations de Jérémie de son professeur. Les règles contrapuntiques et harmoniques rigoureuses y sont amenées à un sommet, comme on le voit notamment dans le sublime Agnus Dei de sa messe à 4 voix, qui clôturera notre programme.

Infos

Repertoire

Médiéval, Renaissance ou plus ancien

Repertoire secondaire

Baroque

Genre

Vocal et instrumental

Nombre d'artiste sur scène

10

Commentaires

Ce programme fera l'objet d'une résidence de création en partenariat avec le festival Embar(o)quement Immédiat, du 23 au 27 mai 2022

Décors

Non

Dates de concerts

Festival Embar(o)quement Immédiat, 27 mai 2022